Espace Shengen des charognes...Les mesures ravageuses et totalitaires de Stockolm

Publié le par ...

--- En date de : Jeu 29.10.09, Tristan Wibault <tristan@universal-embassy.be> a écrit :



Bonjour à toutes et tous


Voici un appel que je vous transmets avec grand plaisir. Il émane de personnes et de groupes engagés localement pour les droits des migrants dans différentes villes et lieux d'Europe. Il s'inscrit à la suite notamment des camps noborders de calais et lesvos. Toutes les énergies sont les bienvenues dès à présent pour donner un coup de main ou faire part de ses bonnes idées afin de réaliser cette initiative.


L'appel ici est encore à l'état de projet, je ferai circuler les nouvelles versions au fur et à mesure qu'il se précise


Si vous voulez apprendre plus sur le programme de Stockolm
http://www.ecln.org/index.html
désolé c'est en anglais, mais c'est ce que j'ai trouvé de mieux


Sinon en français
il y a un état des lieux des frontières telles qu'elles fonctionnent aujourd'hui
http://migreurop.org/article1489.html


Ou alors en très résumé, voici un extrait du communiqué de presse de la commission européenne sur le programme de Stockolm, ça donne l'humeur:


"Protéger les citoyens – une Europe qui protège : une stratégie de sécurité intérieure devrait être développée pour améliorer encore la sécurité au sein de l'Union et protéger ainsi la vie et l'intégrité des citoyens européens. Cette stratégie d'action suppose le renforcement de la coopération en matière de police et de justice pénale ainsi qu'un accès plus sécurisé au territoire européen. Une action plus déterminée et plus coordonnée doit être en particulier menée en matière de lutte contre la criminalité organisée, et de lutte contre le terrorisme"


N'hésitez pas à faire suivre et à tout bientôt
Tristan




Stop au nouveau programme répressif et mortifère !
Pour la protection des réfugiés et des droits des migrants plutôt qu’un régime de contrôle des frontières européennes inhumain et renforcé !
Non au programme répressif de Stockholm !




 


Les 30 novembre et 1er décembre 2009 à Bruxelles : 
Manifestations transnationales à l’occasion de la réunion des  ministres de la justice et de l’intérieur européens !


Après celui de Tampere et la Hague, c’est le programme de Stockholm qui constitue le nouveau plan quinquennal pour la Justice et les Affaires Intérieures au sein de l’UE et de ses états membres.
Ce nouveau programme entend soi-disant construire « une aire de liberté, de justice et de sécurité. » En réalité, l’UE va continuer à renforcer son régime de surveillance et de contrôle et va promouvoir une politique de sécurité dans le domaine de la vie sociale, mettant en péril les droits civiques et la vie privée, en dépit de tous ses beaux discours.


Les victimes en seront les réfugiés et migrants, désignés par le terme « illégaux » et ainsi dénoncés et criminalisés, traqués par les garde-frontières nationaux et l’agence européenne Frontex.
À travers la « fiche de route de Stockholm», les gouvernements, à l’échelle nationale aussi bien qu’européenne, augmentent les régimes de contrôle frontalier jusqu’à instaurer un véritable état de guerre, ainsi le rôle de Frontex dans la militarisation des frontières de l’UE va être accentué à nouveau.
Plusieurs milliers de personnes ont déjà trouvé la mort et se sont noyées durant leurs tentatives pour rejoindre l’Europe, des centaines  de milliers ont été placées en détention et expulsées.


L’expulsion est une pratique quotidienne à tous les points de passage des frontières européennes externes : de la Hongrie, la Slovaquie jusqu’à l’Ukraine, de la Grèce jusqu’à la Turquie, de l’Italie à la Libye, de l’Espagne au Maroc. 
Les Etats de l’Ouest qui appartiennent à l’espace Schengen, ainsi que le Royaume-Uni jouent un rôle prédominant dans l’externalisation des contrôles migratoires. Les accords de Dublin forcent celles et ceux qui, cherchant asile, fuyant les persécutions, parviennent à échapper aux contrôles frontaliers et gagnent le sol européen, à rester là où ils arrivent -dans les pays de l’Est ou du Sud de l’UE-, ou à y retourner.  


Les réfugiés fuient les zones de guerre, de persécution, les pays dévastés. Fuyant aussi la misère et la pauvreté, les migrants cherchent une vie, des perspectives meilleures. 
Les industries des pays de l’Ouest sont responsables d’une catastrophe climatique historique qui accélère davantage l’appauvrissement. Ce sont les armes économiques des pays de Nord qui entraînent des destructions, des déplacements partout au Sud.
Il est donc désormais impossible de distinguer clairement les migrations forcées des autres types de migrations, toutes reflètent et questionnent le système politique global, injuste et complexe.


Qu’il s’agisse de celles et ceux qui franchissent les frontières à Ceuta ou à l’est de l’Europe, qu’il s’agisse des boat people de la mer méditerranée, qu’il s’agisse des luttes contre les centres de rétention et pour la régularisation et l’égalité des droits partout en Europe, personne ne peut plus ignorer la dimension transnationale des migrations et des luttes des migrants. Le contexte est partout le même : des femmes, des hommes, des mineurs, des enfants, qui fuient ou exercent leur droit à circuler, doivent faire face à des mauvais traitements, à des discriminations : ils/ elles sont arrêtés et placés en détention dans des camps fermés ou des prisons inhumaines ; leurs droits fondamentaux sont remis en cause, ils/elles sont exploités dans des boulots sous-payés, bien souvent victimes du chantage de leurs employeurs et menacés d’expulsion. 


Une Europe « juste et sûre », c’est une Europe complètement autre, qui a besoin :
- d’une protection étendue pour les réfugiés en y incluant toutes les circonstances de danger
- d’un accès égal pour tous à un système d’asile amélioré, dans le pays de son choix
- de nouvelles possibilités juridiques pour migrer vers des conditions de vie meilleures et plus sûres
- d’instaurer la liberté de circulation et d’installation pour tous, indépendamment de l’origine ou de l’identité.


La satisfaction de tous ces besoins ne serait qu’une première étape pour une autre Europe dans un autre monde, où les droits sociaux et politiques seraient les mêmes pour toutes et tous.


Nous vous invitons donc à deux jours de manifestations diverses à Bruxelles les 30 novembre et 1er décembre :
30 novembre : 
14h : conférence de presse avec des experts et des témoignages de ce qui se passe aux points de passage des frontières de l’UE
17h : Manifestation publique (installation en référence à la lutte des boat people ; projections, avec des témoignages de Pagani et Patras, Ceuta et Calais.) 
19h30 : débat : comment résister contre la guerre aux réfugiés et migrants ? Pour la protection des réfugiés et des droits des migrants plutôt qu’un régime de contrôle des frontières inhumain et renforcé !
1er décembre : 
9h : à la station Schuhmann : Action de protestation près de l’immeuble où se rencontrent les ministres de la justice et de l’intérieur européens ...




Plus de détails et d’information seront disponibles prochainement.
Contact : frassainfo@kein.org


-------------------------------------------------------------------------


Stop another 5 year program of death and detention!
Refugee Protection and Migrants Rights instead of a  brutal EU-Border-regime!
No to the repressive Stockholm program!


30th of November and 1st of December 2009 in Brussels -
Transnational Protests in front of the EU - Justice and Home Affairs - Meeting


After Tampere and The Hague, the Stockholm program will constitute the next 5-year-framework for Justice and Home Affairs (JHA) within the EU and its memberstates. The new program claims to build up the „area of freedom, justice and security“. But in fact it will continue to implement an even tighter regime of surveillance and control and will promote a securitisation of social life, undermining all civil rights and privacy despite contrary claims.


Those most affected are refugees and migrants, denounced and criminalized as „illegals“ and hunted by national borderguards and the EU-agency Frontex. With the "road map of  Stockholm" the EU and national governments go on to escalate their border regimes to a real war as Frontex' role in militarising the borders will be strengthened once again. Many thousand people have died and drowned trying to cross the borders of Europe over the last years, hundreds of thousands have been detained and deported. Refoulement is a daily practice at all hot spots of the EU external border : from Hungary and Slovakia to Ukraine, from Greece to Turkey, from Italy to Libya and from Spain to Morocco. The western European Schengen states and Britain are the driving forces in externalising migration control. Through the Dublin regulations people who seek asylum from persecution and manage to evade the border controls and reach European soil are made to stay in or are being forced back to the Eastern and Southern EU-countries.


Refugees are fleeing war zones and persecution but also all forms of devastation. Leaving poverty and misery, migrants are looking for a better life and perspectives. Western industries are responsible for a historical climate catastrophe, just accelerating impoverishment. Economical weapons from the global north cause destruction and displacements all over the global south. A separation between movements of flight and migration is not possible anymore, and both clearly reflect and challenge the complex system of global injustice.


As bordercrossers in Ceuta or the European East, as boat people in the mediterranean sea, in fights against detention camps and for legalisation and rights all over Europe, no one can ignore the transnational dimension and the growing significance of migrants and refugees struggles. That is the background: men and women, minors and children, who fled or took their right to move, are confronted with deterrent, mistreatment and discrimination: arrested for months or years in closed camps or inhuman prisons, denied their fundamental social rights, exploited in the low wage jobs, often blackmailed by employers and threatened with deportation.


A "free, just and secure“ Europe would look entirely different:
- it needs an extension of protection for refugees, including any life-threatening circumstance;
- it needs access for every person to a better asylum system in the country s/he has chosen by him/herself;
- it needs legal options to migrate to better and safe living conditions;
- it needs the right to move and stay for every human being regardless of origin or identity.
All these needs are not more than first steps for another Europe in a world with equal global rights on a social and political level.


Following these demands we invite for a 2-days program to Brussels:
Monday, 30th of November:
2 p.m.: Press-Conference with experts and testimonies from the various hotspots of the EU-borderregime;
5 p.m.: Public protest with a life-jacket-installation in reference to the struggle of boatpeople; Public Screenings with voices from Pagani and Patras, from Ceuta and Calais;
7.30 p.m.: Panel-debate: How to resist the war against refugees and migrants? Refugee Protection and Migrants Rights instead of a  Border-regime!
Tuesday, 1st of December:
9 a.m. at Schuhmann-Station: Protest-Action near the EU-JHA-conference building.


More detailed informations will follow soon.
Contact: frassainfo@kein.org










Le 29-oct.-09 à 12:24, dal eveline a écrit :
NOOOOOOOON

FRONTEX et Quelques chiffres

http://www.lalibre.be/actu/international/article/539139/davantage-de-charters-et-d-expulses.html

http://www.lalibre.be/toutelinfo/belga/122739/retour-oblige-dans-8093-cas.html

Commenter cet article