Un assassinat : Carrefour s’en tape !

Publié le par ...

Dimanche 3 janvier 2010 7 03 /01 /2010 04:32

Lundi 28 décembre 2009, les vigiles de Carrefour Part-Dieu ont étouffé un jeune : selon eux, il tentait de voler une cannette de bière… Il en est mort.

liliMde Dazibaoueb Hier 23H26 



Un assassinat : Carrefour s’en tape !

Une vie humaine n’est rien comparée aux milliards d’euros de bénéfices de Carrefour pour ses actionnaires. Ils espèrent qu’on viendra toujours par milliers dépenser notre paye dans ses rayons aseptisés…

De toutes
manières, Carrefour ne sera jamais inquiété pour ce meutre dans ses propres locaux (il a une légion d’avocats à son service).
…Et qu’est-ce que nous pouvons attendre de la « justice », quand elle a condamné une pauvre à un an ferme pour une paire de chaussettes
(Yvelines, 2008), et qu’elle ne poursuit même pas un député qui a volé 7000 euros à une assoce (Julien Dray) ?


Qui sont les voleurs ? Qui vole qui ?

Le jeune qui va chercher son sandwich et sa bière ?… Ou la multinationale qui fait des bénéfices monstrueux sur le dos de millions de clients, en surexploitant ses caissières, ses vigiles et ses chefs de rayon… sans oublier les milliers de fournisseuses qui crèvent de faim dans des usines inhumaines aux quatre coins du monde… et tous les petits agriculteurs locaux poussés au suicide par le racket du supermarché ?


Des vigiles en taule : Ça change quoi pour nous ?

Rien, comparé aux fouilles à l’entrée des magasins, aux contrôles
d’identité, aux regards inquisiteurs, aux tabassages réguliers (si on
survit les coupables restent impunis), aux insultes, aux provocations
multiples…

Des vigiles en taule, ça ne changera strictement rien au système de peur
organisée. Carrefour cherchera toujours à nous maintenir dans une tension permanente : nous matraquer le cerveau à grands coups de pub et en même temps nous terroriser par la peur de se faire gauler si on ne peut pas payer.

Quelques vigiles en taule n’innocenteront jamais tous les assassins en uniformes.

CARREFOUR OU LES AUTRES SUPERMARCHÉS : TOUS COUPABLES !
À BAS LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION !
À BAS LE CAPITALISME !


(Tract donné à l’entrée du supermarché Carrefour de la Part-Dieu de Lyon
ce samedi 2 janvier après-midi)
Par Nosotros.Incontrolados-Les Amis du Négatif - Publié dans : GUERRE SOCIALE - Communauté : les amis du negatif

Publié dans GUERRE-CONTROLE SOCIAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nosotros.Incontrolados-Les Amis du Négatif 05/01/2010 09:19


Michael Blaise

Publié sur Rebellyon : http://rebellyon.info/Michael-Blaise.html

* Mensonges des médias

Comme d’habitude en de pareils cas les médias dominants (presse, radio
et télé), “chiens de garde du capitalisme”, ont repris immédiatement la
version policière, la version du trust Carrefour dès l’annonce de la
mort de Michael Blaise, sans être du tout gêné de salir la mémoire de ce
jeune de 25 ans.

Par exemple, pour Le Progrès-Menteur Michael était « un SDF », et pour
France-Inter « un jeune marginal ». Rien de tout ça ! D’origine
Antillaise, à Lyon depuis plusieurs années, avec des problèmes
psychologiques à partir du décès de son père en 2007 et sous tutelle, or
selon des proches le connaissant bien qui sont formels, il avait un
logement dans un foyer et suivait une formation dans la restauration
collective. Il avait une famille, des amis, une copine.

Ils sont vraiment effondrés d’une telle mort et ils assurent que Michael
était un garçon tout à fait calme et avenant.

Cependant, Le Progrès a repris la version fausse de Carrefour : « Trois
agents de sécurité interviennent pour contrôler le jeune homme qui,
selon des témoins, semble très nerveux », « Il est très agité, se débat
violemment », et aussi « la direction affirmant pour sa part qu’il n’y a
eu “aucune brutalité” face à “un individu extrêmement violent” », et de
plus l’avocat de Carrefour, David Metaxas, a indiqué que les vigiles
« ont agi avec tout le professionnalisme requis, ce qui est confirmé par
l’enregistrement vidéo et sonore de l’interpellation et de la
rétention ».

Bien au contraire, les bandes de vidéo-surveillance montrent un jeune
homme « parfaitement calme » (dixit le Procureur de la République) au
moment où il entre dans le “local de contrôle” de Carrefour. La violence
n’est-elle pas du côté de Carrefour quand on sait que la
vidéo-surveillance montre un moment qu’un vigile se lève et que Michael
se prend un coup de poing dans le visage ?

La presse dit que ce jeune homme était « très alcoolisé » et que sa mort
pouvait être due à un problème de santé antécédent. Or, après
l’autopsie, on apprend que Michael ne présentait pas de pathologie
antérieure pouvant expliquer la mort et qu’il n’avait consommé ni
alcool, ni psychotropes.

Pour une fois, les bandes de vidéo-surveillance ne sont pas illisibles,
elles n’ont pas été effacées malencontreusement, et le Procureur de la
République, qui les a visionnées, contredit complètement la version
première annoncée dans les médias.


* Mort filmée sous la torture

Voilà ce qu’a déclaré le Procureur-adjoint de la République de Lyon,
Jean-Pierre Dages-Degranges : « Ces faits sont très choquants, mourir
pour une canette de bière ce n’est pas acceptable. Toutes les personnes
qui ont visionné cette cassette ont été très choquées car on assiste à
la mort en direct. »

« Trois hommes lui ont appuyé sur le dos en lui maintenant les jambes
écartées. L’un d’eux est pratiquement allongé sur son dos à tel point
que la victime, qui est à moitié allongée sur une table, a les pieds qui
ne touchent plus terre. La scène dure une quinzaine de minutes. D’abord,
la victime se plaint, elle crie, puis les cris s’estompent jusqu’à
devenir des espèces de râles, puis plus rien du tout. »

« La pression continue durant encore six minutes, qui rendront
impossible toute réanimation. »

Le rapport d’autopsie indique qu’il fait état d’hématomes au bras et au
front et qu’il est mort par "asphyxie mécanique par compression de la
cage thoracique et une obstruction des voies respiratoires supérieures".

On peut comprendre qu’il ait été tué en le torturant de la sorte, en lui
écrasant les poumons et en lui maintenant la tête à la renverse sur le
rebord de la table ce qui l’empêchait de respirer, tout en continuant
alors qu’il était déjà dans le coma !

Source : reçu par mail+LilliM-Dazibaoueb


Nosotros.Incontrolados-Les Amis du Négatif 03/01/2010 12:29



Naturlich!


Puisque, comme le dit Naboléon dans ses voeux aux fRançais, -"les outrages ou les violences à l'égard des élus, des keufs, des pompiers, des ournalistes, des chefs
d'entreprise  seront plus sévèrement punis de peines exemplaires en ceci qu'ils constituent des atteintes inadmissibles  à la république...".


 Nous considérons en effet que les violences perpétrées contre le peuple par ces citoyens d'exception méritent aussi d'être  exceptionnellement châtiées et
nous proposons donc la réinstallation des billots et des gibets, des guillotines en place de grève.


Les arbres et les réverbères des Champs Elysées tiendront lieu d'annexes.



La réalité est ce qui s'inscrit en négatif des apparences.La publicité du négatif résidant en toute chose est un acte de sabotage salutaire, humoristique et heuristique de tout ce qui est.

Répondre


Nosotros.Incontrolados-Les Amis du Négatif 03/01/2010 11:24



les amis du négatif (http://nosotros.incontrolados /les amis du négatif)
Aujourd'hui 11H06 


Il me souvient encore d'un autre vigile à la solde des patrons qui assassinat un jeune gréviste nommé Pierre Overney...devant les grilles de Peugeot....


C'était dans les années 70'..... Le vigile de merde s'appelait Tramoni....Ce type fut poursuivi en justice et ne passa alors que trois mois en taule...



Un petit groupe de prolétaires enragés comme il en surgit parfois, décida qu'il n'était pas question de s'en tenir là, coits...


Ce groupe (les NAPAP)*  attendit donc le Tramoni à sa sortie et le descendit -sine die- de quelques bastos dans le buffet....


Il faut donc bien convenir (puisque nous sommes sans doute encore nombreux et nombreuses à nous  souvenir de cette affaire), que la mémoire sait aussi demeurer vive...


Bien sûr, cela ne ramena pas Pierre Overney près de ses amis, de ses potes d'usine et de rébellion, au trocson, dans la vie, dans  sa famille...


Les NAPAP expliquèrent qu'il ne s'agissait pas d'une vengeance ( la loi du Talion) mais d'un acte de "légitime défense sociale"...


Les vigiles impliqués dans cet assassinat devraient peut-être méditer avec beaucoup d'attention  ce petit rappel de  faits anciens tant il devient de plus en plus vrai qu'il est
de ces affronts qu'on ne saurait oublier de laver.


* (Noyaux Armés Pour l'Autonomie
Prolétarienne)



La réalité est ce qui s'inscrit en négatif des apparences.La publicité du négatif résidant en toute chose est un acte de sabotage salutaire, humoristique et heuristique de tout ce qui est.

Répondre