Montreuil -rue des Sorins contre les sauriens- Gare aux requins!!!

Publié le par AZA EL ZYMO & les Encyclopédistes du Chaos

Nettoyage urbain Montreuil : 300 habitants menacés d’expulsion 94 rue des sorins

samedi 28 mai 2011
impression 0 réaction

Depuis le dimanche 22 mai 2011, les habitants du 94 sont expulsables de leur logement. A cette adresse, vivent 300 personnes, dont certains sont sans-papiers. L’expulsion par la police a été annoncée pour les prochains jours.

Lorsque les habitants ont appris leur possible expulsion, ils se sont organisés collectivement pour y faire face. C’est à cette occasion que nous nous sommes rencontrés. Nous avons discuté ensemble de la situation du squat, des précédentes expulsions dans le quartier, des expériences de luttes sur les problèmes de logement et de papiers, et du désir de s’organiser de telle sorte que ce soient les gens en lutte qui prennent les décisions les concernant.

Vendredi 20 mai, nous sommes allés ensemble devant la mairie. 150 personnes, derrière deux grandes banderoles : « La pauvreté n’est pas un délit mais laisser 300 personnes dans la rue est un crime » , « Un toit est un droit pour tous ». La mairie n’a rien proposé d’autre que de demander à la préfecture « une cellule d’hébergement et de relogement » ; c’est-à-dire des places dans des hôtels sociaux en région parisienne, souvent temporaires et dispersées. La mairie se décharge de toute responsabilité. Comme si elle n’était pas, directement ou indirectement, responsable de ces expulsions. Les plans de rénovation urbaine se font toujours aux dépens des plus pauvres. Les projets ne manquent pas à Montreuil : le « nouveau quartier de la Mairie », « Eco-quartier » à La Boissière... Le squat de la rue des Sorins est au coeur d’un projet de rénovation urbaine co-géré par l’Etat et la municipalité. Avec ces projets, c’est une bonne partie des Montreuillois qui a vocation à partir. Toute une population au statut précaire qui arrivait jusqu’ici à se loger dans des quartiers populaires ne trouvera plus d’espaces où vivre.

Progressivement, beaucoup de bâtiments sont détruits ou « nettoyés » (squats, foyers de travailleurs immigrés, hôtels meublés). Les habitants sont contraints de quitter leur quartier parce que les loyers sont trop chers, parce que les critères pour accéder aux « logements sociaux » vantés par la mairie excluent la plupart des gens. Combien d’expulsés peuvent continuer à vivre dans leur quartier ? Pour accompagner ces opérations d’expulsion, la mairie et l’Etat mettent en avant toujours les mêmes prétextes : problèmes de drogues, d’insalubrité, d’insécurité,... « Quand on veut se débarasser de son chien, on l’accuse de la rage » Quoiqu’ils en disent, l’objectif reste le même : mettre des gens à la rue, les contraindre à partir et détruire les solidarités populaires. « Rénover un quartier », ce n’est pas, comme la mairie le dit, permettre à tous de mieux se loger : c’est transformer la ville au profit du développement économique, c’est redessiner l’espace, le rendre plus lisse, plus contrôlable.

Depuis samedi, chaque jour, les flics viennent dans le quartier pour arrêter des habitants du 94 rue des Sorins. Un d’entre eux est déjà poursuivi pour défaut de papiers. Des menaces ont été proférées. Cette présence et ce harcèlement quotidien ont pour objectif de mettre la pression et de faire peur pour les dissuader de s’opposer à leur expulsion. Une raison de plus de s’organiser avec eux.

Parce que nous sommes aussi confrontés à des galères de logements. Parce que nous sommes expulsés de nos maisons Parce que nous défendons les lieux collectifs d’entraide et de solidarité Parce que la chasse aux sans-papiers nous dégoûte Il est important d’être nombreux à participer à cette lutte !

Des habitantes et habitants du quartier et d’ailleurs

Les habitants du 94, rue des Sorins organisent UN POINT D’INFO SUR PLACE TOUS LES JOURS ENTRE 18H ET 19H

Les pépins de la colère à Montreuil - Vidéo

SCANDALE ! (Le western est-il compatible avec l’écologie urbaine ?)

Mais que fait la police ?

Montreuil : à Pôle Emploi comme ailleurs, ne pas se laisser faire

Plutôt CAFards que CAFteurs. Visite de la CAF Rosny par quelques CAFards de Montreuil

source Coordination des intermittents et précaires (vous y trouverez la maquette d’une affiche actuellement collée à Montreuil)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article