Eloge de la transgression (Sam Telam)

Publié le par AZA EL ZYMO

Claro qu' il faut se passer des permissions, la transgression est le moteur qui a toujours fait avancer nos humanités en les associant à la coopération et l' empathie, c'est un puissant vecteur d' évolution.

 

Celui qui ne se réjouit pas de la découverte par la transgression, est un zombie qui roupille à donf...un couard qui a peur de l' inconnu et c'est bien ce que décrivait Castoriadis dans "la montée de l' insignifiance":le shitstem accumule l' insensé jusqu' à occuper le terrain tout entier...et des tas de gens, par ailleurs intelligents bossent comme des malades dans cette compétition qu' ils chérissent en lui attribuant la vertu de "pousser à se dépasser", sous-entendu, s' il n' y a pas de compète, l' humain est une feignasse qui ne fait rien de sa vie.


Or, il est évident pour la majorité des humains que l' activité est un besoin et ne peut se cantonner à l' exploitation du travail car il n' y a rien de pire que de suivre des ordres, et une doxa qui, le plus souvent va demander la soumission hiérarchique et donc, frustrer les découvertes, innovations et pulsions qui nous permettent d' être dans le Merveilleux du créatif.


C' est ce qu' énonçait Bakounine dans son "la liberté de chacun n' existe que dans la mesure où elle étend celle de l' autre à l' infini".


L' émulation que, nous autre artistes, prônons comme mode de relation empathique est d' un tout autre (dés)ordre, elle reconnait la valeur de l' autre et se réjouit de ses succés, de ses progrés, elle procède de la voie du coeur (Don Juan Castaneda) alors que la compétition procède du cerveau primitif ou reptilien.
Je pense de plus en plus qu' il faut provoquer des catharsis, quitte à passer pour la brebis galeuse. VIVE LA GALE!!!!


La mécanique quantique et le principe d' incertitude d' Heisenberg dont on se sert tous les jours dans les composants transistors notamment, a provoqué cette réaction d' Einstein: "dieu ne joue pas aux dés"....il avait raison , Albert, car dieu n' existe pas et de plus, il n' y a pas eu de "fiat lux" ou de "big bang". L' infini n' a ni commencement, ni fin...nous voilà libre,free at last......


bien à toi
Sam

Commenter cet article