Chute des brouilles dans la courte course expliquée aux littéraires modernes.

Publié le par AZA EL ZYMO & les Encyclopédistes du Chaos

Posted on August 19, 2011 by Gene:

Messire Sarko et Reine MèreKel se sont rencontrés pour redresser la barre du navire monétaire Europa. Pas de chance! Europa n’est pas que la Gaulle et la Germanie. La météo financière se calque sur la naturelle et surchauffe la seconde moitié du mois d’août, juste après un été que certains ont trouvé pourri. Allez le dire aux arbres qui ont souffert d’un stress hydrique, faute de liquidités en début d’année!

Toujours est-il qu’il fait chaud sous les tropiques boursiers et chacun y va de ses plongeons estivaux. Rafraîchissants pour les enfants insouciants et leurs parents un peu plus soucieux, saltos renversés arrières loupés pour les traders, vrilles spectaculaires pour les bourses. Et les politiques qui se voient, pour la première fois, complètement noyés par des systèmes économiques mis en place par le capitalisme-à-tout-va.


Si on remonte à la source de cette crise, il est bon de se souvenir des temps meilleurs où les carnets de commandes des diverses entreprises et PME étaient pleins, puis de se faire doucher par une crise financière qui a grippé la machine sans que quiconque ne comprenne pourquoi le ciel fusse en train de tomber sur leur tête.


Mais que s’est-il passé pour en arriver là?!


Pour faire simple, prenons un citoyen lambda auquel on donne des cartes de crédits et à qui on dit: «Allez-y! Faites-vous plaisir et remboursez comme vous voulez! Seulement n’oubliez pas qu’un minimum de 50.00 CHF mensuels vous sera demandé!» (on comprendra que je ne convertissasse plus, y’en a marre et vu que l’euro = au franc suisse dans quelques temps, à moins que la BNS (Banque Nationale Suisse) fasse quelque chose, ce dont rien n’est moins sûr à moins que ce soit au niveau intérieur, ce qu’elle a déjà commencé à faire, mais je m’égare).

 

«Surtout, ne pas perdre son travail! Surtout, ne pas perdre son travail! Surtout, ne pas perdre son travail! Fixer les priorités! Voilà!

Fixer ce qui doit être payé et mettre de côté l'improbable  superflu!»


Un beau jour, un homme accompagné de deux malabars, frappent à la porte du loft hyper sophistiqué: «Nous sommes les huissiers» dirent-ils, avec la dose d’empathie qu’il faut quand on sait qu’on va dévaster une vie.

 

Lambda voit son home-cinéma emporté, accompagné par les portables IPad de ses gamins, les meubles Ikéa neufs, la sono Sony Hight Tech épargnée par l’attaque des Anonymous et diverses babioles Gucci et autres marques qui montrent qu’on est des «bons»!


-«On vous laisse la Peugeot cabriolet et la maison ELK clés en main. On n’a pas encore reçu les mesures de représailles à ce niveau-là. Mais je serais vous, je chercherais autre chose car, vu l’économie du marché, il y a fort à parier que vous allez nous revoir tantôt. Alors, sur ce, nous vous disons à la prochaine et bon courage!»-


Maintenant, remplaçons Lambda par l’Etat et comprenons que l’Etat dépense plus que ce qu’il ne gagne depuis bientôt 40 ans. Au début, par de grosses dépenses puis, de moins en moins de gaspillage. C’est qu’il faut quand même emprunter pour boucler son budget de fin d’année!


Pourquoi la douce et bucolique Helvétie, petit pays au centre d’Europa mais qui n’en fisse point partie, n’est-elle point touchée? Oh que c’est une grossière erreur de penser qu’elle fusse épargnée par cette pluie de dettes! Seulement, elle a vécu ce genre de situation dans les années 1990. Une catastrophe qui a marqué aux fers rouges les esprits de ceux qui ont vécu au-dessus de leurs moyens et qui ont tout perdu (jusqu’à la peau du Q).

Le bon peuple, ayant fait cette douloureuse expérience, fut alors appelé aux urnes pour voter la fameuse loi: Le Frein à l’Endettement.


Ce qui n’empêche pas nombre d’Helvètes d’être continuellement sur la paille à chaque fin de mois, mais au moins, ils ne peuvent pas aller à la banque demander le financement d’une maison ELK clés en main sans se faire rire au nez!


Donc la dette publique de l’Helvétistan est très basse, ce qui rassure les investisseurs qui viennent y spéculer à loisir, les vilains! Et ce petit pays d’irréductibles qui résiste encore, devenir un îlot de cherté qui commence à faire fuir les entreprises qui n’arrivent plus à exporter.


La suite? On la devine, non?!

 

Allez. Une vidéo sympa!!

Commenter cet article