FLORENCE REY MISE EN "LIBERTE" depuis MAI, apprenons-nous incidemment...

Publié le par ...

Jeudi 25 juin 2009



Libération de Florence Rey


 


Florence Rey est libre.

Souvenez-vous.

Florence Rey.



Le 4 octobre 1994, place de la Nation, à Paris, Florence Rey avait tiré sur des policiers avec son compagnon, Audry Maupin.

La fusillade avait fait quatre morts: trois policiers et un chauffeur de taxi.

Le compagnon de Florence Rey, âgé de 19 ans, avait également été tué.

En 1998, la jeune femme, alors âgée de 23 ans, a été condamnée par la Cour d’assises à 20 ans de réclusion criminelle. Le procureur en avait requis 30.

Après quinze ans de prison, Florence Rey a été libérée le 2 mai dernier, selon France Info.

Florence Rey, âgée aujourd'hui de 34 ans, aurait passé des examens universitaires après avoir étudié en prison, notamment l'histoire et la géographie.

________________________________________________________________

Voici ce que nous pouvons lire sur LePost en cette fin Juin...


Le moins que l'on puisse dire est que cette "libération" après plus de 15 piges de placard, a été des plus discrète!

Elle aurait pu bénéficier d'une "Mise en liberté" dès 2004!


Florence était alors défendue par Maitre Leclerc que nous avions alors recontacté en vue de créer une "enquête" sur les conditions d'exécution de Audrey Maupin lors de la rédition du couple.


Audrey était tombé sous les balles de la police alors qu'il se rendait.

Naturellement notre thèse concernant cette assassinat aura été rejetée par la défense.


Maitre Leclerc, satisfait de sa prestation d'avocat n'ayant rien démontré du tout, nous a très discourtoisement éconduits, alors.Nous en avons pris bonne note et décidé de n'avoir plus en aucune façon recours à ses services bien contestables.


Nosotros.incontrolados éditait alors sa revue "Papier"...(disparue depuis.) (Suite à quelques tracasseries autres, des exemplaires archivés on "disparu" aussi)..mais nous ne désespérons de rien et retrouverons fort probablement les articles que nous avions consacré à cette affaire-là,  Sitôt disponibles, ils seront donc mis en ligne sur notre site.


Rien ne nous est dit sur les "conditions" de cette "libération" dont on peut supposer qu'elle doit être accompagnée de mesures drastiques qui en limitent la jouissance d'autant.

Sans doute Florence n' a t-elle pas "le droit", dans le cadre de sa "conditionnelle" d'évoquer cette affaire. NOUS SI.

 

(A SUIVRE!)
--
http://nosotros.incontrolados.over-blog.com/"les amis du négatif à l'oeuvre".
http://les-batisseurs-d-abimes.over-blog.com
.http://taz-network.ning.com/T@Z : Territoires Autonomes Zymotechniques
/LESAMISDUNEGATIFALOEUVRE  
mail@taz-network.ning.com
Par Nosotros.Incontrolados-Les Amis du Négatif - Publié dans : CONTROLE SOCIAL - Communauté : les amis du negatif
Ecrire un commentaire

Publié dans GUERRE-CONTROLE SOCIAL

Commenter cet article

les amis du negatif 25/06/2009 14:48


1 commentaire
Commentaire par LES AMIS DU NEGATIF A L'OEUVRE dernièrement Supprimer le commentaire Un seul jour de cellule n'incite guère à l'oubli; un cauchemar perpétuel encore moins!!! Cher S, Tout ce que je sais de source sûre sur l'affaire Florence Rey est que ses parents, durant toute sa détention, ne voulaient absolument pas que le milieu anar les (ou la) contactent..; Par ailleurs, il paraitrait qu'elle faisait beaucoup de choses, "dedans", y compris aider les autres détenues. Voilà pourquoi je pense que cette libération est passée sous silence... Il faut oublier..oublier..; (?!..) Bises. E. Chère E. Peut-être aurons-nous l'occasion de publier quelques précisions d'une autre nature comme d'une autre source bientôt...Lesquelles porteront aussi vraisemblablement sur une critique des représentations consommées et consommables du romantisme de la lutte armée.(Ne fallait-il pas être naïfs que d'envisager de s'armer au moyen d'un 7.65 -équipement de l'époque- chouravé à un surveillant de la fourrière?) Le spectacle gagne en force lorsqu'il s'appuie aussi sur "nos colères impuissantes, nos désirs d'en découdre et une certaine esthétique réifiée du refus". Non pas que le recours aux armes soit "seulement" un avatar de ce spectacle en bien des circonstances. Oublier? Il n'y faut même pas songer!!!!!! Comme je le disais: (A suivre)
Ajouter un commentaire