Claude-Marie Vadrot, Prof fliqué: le retour de la GUEPEOU?

Publié le par ...

Dimanche 17 mai 2009


Claude-Marie Vadrot, journaliste à Politis et chargé de cours à Paris 8 souhaite diffuser largement ce message.

Pour de raisons évidentes nous avons opté pour contribuer à la diffusion de ce témoignage (ce sera notre "petit cailloux" à nous dans le cloaque qui se forme sous notre nez presque pas incommodé par la pestilence qui le caractérise tellement comme signe avant courrier de ces néo-dictatures qui s'instaurent de plus en plus visiblement et brutalement...)

Bien que notre audience sur le NET soit encore par trop limitée à notre goût nous considérons que le la publicité nécessaire à cette dérive ultra droitière de la politique passe aussi par les gueulantes des plus isolés...

Un seul exemple, un seule témoignage en contient déjà la totalité
.
Dont acte.
S.K

 -"From: nubull_5@hotmail.com Voilà comment évolue petit à petit notre pays, patrie des Droits de l'Homme. A quand le réveil?!! Cyril.L _____________

De Claude-Marie Vadrot, journaliste à Politis et chargé de cours à Paris 8


"Vendredi dernier, à titre de solidarité avec mes collègues enseignants de l'Université de Paris 8 engagés, en tant que titulaires et chercheurs de l'Éducation Nationale, dans une opposition difficile à Valérie Pécresse, j'ai décidé de tenir mon cours sur la biodiversité et l'origine de la protection des espèces et des espaces, que je donne habituellement dans les locaux du département de Géographie (où j'enseigne depuis 20 ans), dans l'espace du Jardin des Plantes (Muséum National d'Histoire Naturelle), là où fut inventée la protection de la nature.

Une façon, avec ce « cours hors les murs », de faire découvrir ces lieux aux étudiants et d'être solidaire avec la grogne actuelle mais sans les pénaliser avant leurs partiels.

Mardi, arrivé à 14 h 30, avant les étudiants, j'ai eu la surprise de me voir interpeller dés l'entrée franchie par le chef du service de sécurité, tout en constatant que les deux portes du 36 rue Geoffroy Saint Hilaire était gardées par des vigiles… »

Monsieur Vadrot ?
- euh…oui ...
-
Je suis chargé de vous signifier que l'accès du Jardin des Plantes vous est interdit.
- Pourquoi ?
- Je n'ai pas à vous donner d'explication….
- Pouvez vous me remettre un papier me signifiant cette interdiction ?
- Non, les manifestations sont interdites dans le Muséum.
- Il ne s'agit pas d'une manifestation, mais d'un cours en plein air, sans la moindre pancarte.
- C'est non !

« Les étudiants, qui se baladent déjà dans le jardin, reviennent vers l'entrée, le lieu du rendez vous.
Le cours se fait donc, pendant une heure et demie, dans la rue, devant l'entrée du Muséum. Un cours qui porte sur l'histoire du Muséum, l'histoire de la protection de la nature, sur Buffon.

A la fin du cours, je demande à nouveau à entrer pour effectuer une visite commentée du jardin. Nouveau refus, seuls les étudiants peuvent entrer, pas leur enseignant.
Ils entrent et, je décide de tenter ma chance par une autre grille, rue de Buffon. Où je retrouve des membres du service de sécurité qui, possédant manifestement mon signalement, comme les premiers, m'interdisent à nouveau l'entrée.

Évidemment, je finis pas me fâcher et exige, sous peine de bousculer les vigiles, la présence du Directeur de la surveillance du Jardin des Plantes.

Comme le scandale menace il finit par arriver. D'abord parfaitement méprisant, il finit pas me réciter mon CV et le contenu de mon blog.

Cela commence à ressembler à un procès politique, avec descriptions de mes opinions, faits et gestes.
D'autres enseignants du département de Géographie, dont le Directeur Olivier Archambeau, président du Club des Explorateurs, Alain Bué et Christian Weiss, insistent et menacent d'un scandale.

Le directeur de la Surveillance, qui me dit agir au nom du Directeur du Muséum (où je pensais être honorablement connu), commençant sans doute à discerner le ridicule de sa situation, finit par nous faire une proposition incroyable, du genre de celle que j'ai pu entendre autrefois, comme journaliste, en Union soviétique ? :
-“Écoutez, si vous me promettez de ne pas parler de politique à vos étudiants et aux autres professeurs, je vous laisse entrer et rejoindre les étudiants”


Je promets et, évidemment, ne tiendrai pas cette promesse, tant le propos est absurde. J'entre donc avec l'horrible certitude que, d'ordre du directeur et probablement du ministère de l » Éducation Nationale, je viens de faire l'objet d'une « interdiction politique “.

Pour la première fois de mon existence, en France. Je n'ai réalisé que plus tard, après la fin de la visite se terminant au labyrinthe du Jardin des Plantes, à quel point cet incident était extraordinaire et révélateur d'un glissement angoissant de notre société.

Rétrospectivement, j'ai eu peur, très peur…"

Claude-Marie Vadrot, journaliste à Politis et chargé de cours à Paris 8 souhaite diffuser largement ce message. A vous de jouer... --
http://nosotros.incontrolados.over-blog.com/"les amis du négatif à l'oeuvre". http://les-batisseurs-d-abimes.over-blog.com .http://taz-network.ning.com/T@Z : Territoires Autonomes Zymotechniques /LESAMISDUNEGATIFALOEUVRE mail@taz-network.ning.com
par Nosotros.Incontrolados-Les Amis du Négatif publié dans : CONTROLE SOCIAL

Publié dans GUERRE-CONTROLE SOCIAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

steph.k 19/05/2009 10:45

Commentaire par LES AMIS DU NEGATIF A L'OEUVRE Il y a 1 seconde Supprimer le commentaire Je suppose que notre "silence" prolongé vis-à-vis du "mouvement étudiant" (en dépit de ce que ici ou là -comme à Toulouse-Mirail par exemple- (et en particulier dans les filières dites littéraires/philo/socio/Arts-plastocs de notoriété assez peu propices à une "rentabilisation économique immédiate et positive") il soit tenté de dépasser le clivage de "l'inertie en mouvement" avec un peu plus d'imagination qu'ailleurs) il convenait de souligner notre préférence à nous faire l'écho de celles et ceux réduits "à défendre leur beefsteack" plutôt que de relayer inconsidérément les gémissements outranciers des aspirants à leur encadrement futur un peu désorientés par la "nouvelle donne" néo-capitaliste mettant en compétition les candidats au valétariat entre eux. Cela semblait d'autant plus nécessaire que notre "indifférence" aurait pu être mal-comprise: ce n'est donc pas parce que nous ne savons quoi en dire, que nous serions timoréEs sur le sujet, mais c'est bien plutôt (à de rares exceptions près) qu'on s'en tamponne complètement le coquillard et que nous refusons de confondre les luttes et ce qui prétend leur ressembler....D'autant plus et mieux que bien souvent les tenants et les aboutissants sembleraient échapper aux plus sincères d'entre les protagonistes. Cette petite précision étant maintenant rédigée, il ne s'agit plus que de la faire connaitre contre toute fausse interprétation.
Ajouter un commentaire

steph.k 19/05/2009 09:50


4 Commentaires
Commentaire par LES AMIS DU NEGATIF A L'OEUVRE Il y a 1 heure   À 2 06 le 19 Mai 2009, LES AMIS DU NEGATIF A L'OEUVRE a dit... On aurait voulu nous rendre cons que l'on ne s'y serait pas pris autrement...Mais c'est raté!!! Il va de soi que nous ne reconnaissons pas dans le mouvement actuel des étudiants ce qui caractérisa celui de Mai 68 ou de Décembre 86 ni même la jolie bagarre contre le CPE/CNE que nous avions beaucoup soutenus... Nous assistons vraisemblablement à "un mécontentement" dont la nature et l'objet ne sont pas prioritairement la transformation sociale, la résistance à l'autoritarisme étatique mais l'expression réactionnaire d'une inquiétude portant sur l'avenir professionnel de ces aspirants encadreurs de demain voyant se profiler surtout une sélection au mérite, au plus rampant. A moins tout serait compromis. En gros, en résumé ils redoutent principalement de ne pas pouvoir "servir" autant qu'ils le voudraient... Les éconocroques que l'État veut faire avec l'Université ne rencontreraient là que l'hostilité de ceux qui voudraient participer avec zèle au banquet et se voient menacés d'en être "injustement" "remerciés" sinon éconduits au rabais... De notre côté, partisans de la démoralisation généralisée et pratique de tous les aspirants à l'encadrement, nous n'avons aucune vocation à apporter notre soutien à une entreprise dont la finalité se résume à diluer le processus de domestication du plus grand nombre dans l'eau tiède de la contestation inversée. Les raisons pour lesquelles nous avons relayé l'info (A lire sur les pages de http://nosotros.incontrolados.over-blog.com) concernant ce prof et journaliste à Politis interdit de grimper dans les arbres du jardin des plantes en prévision d'y faire son cours tiennent donc davantage à la dénonciation illustrée de la dérive totalitariste de cette démocratie qui devient de plus en plus visiblement ce qu'elle est déjà essentiellement que d' un soucis de solidarité avec un mouvement étudiant que nous n'éprouvons pas... Vous avez voulu nous prendre pour des cons? C'est raté ...comme auraient pu le rappeler en cette occasion les Lascars du Lep Électronique... Festin en péril? Commentaire n° 1 posté par steph.K Commentaire par LES AMIS DU NEGATIF A L'OEUVRE Il y a 1 heure  Festin en péril? Nous on préfère le "fest noz"!!!!Héhéhéhéhéhé! Commentaire par joshuadu34 Il y a 47 minutes Supprimer le commentaire fest noz... tiens, du coup :





plus "sérieusement", quelques exemples...






Sarkozy a vienneenvoyé par Sinavok. - Regardez les dernières vidéos d'actu.
Commentaire par LES AMIS DU NEGATIF A L'OEUVRE Il y a 33 minutes   Héhéhhéhé! Sont déchainés les "fest Noziens"!!!! Et "la pétition humaine" c'est archi fendard aussi!!! Merci ami du matin.... Je vais tenter de repiquer tout ça et de le coller sur N.I en comm', comme ici quoi...Sinon ton truc de rap hier c'était bien aussi....tu ne voudrais pas le mettre dans "la zic et les rages de josh" ? ce serait pas mal du tout...Edith et moi on t'embrasse très fort!
Ajouter un commentaire