Comme un Lundi...la tête dans les murs...

Publié le par ...


Il arrive parfois que nous nous trouvions confrontéEs à des pensées rédhibitoirement connes...Et c'est très ennuyeux, particulièrement en début de soirée, mais en fin de soirée aussi...(Le matin c'est terrible, mais c'est quand même exceptionnel, sauf si tu te souviens de tout ce que tu as bu la veille...en général on est plutôt étonné...la gueule de bois c'est juste après).
Ainsi par exemple, il peut survenir que nous nous nous trouvions au carrefour de Dingermann, de Pessoa, et de Kierkegaard et de quelques autres amis tous aussi tordus, plus ou moins contemporains, ce qui bien entendu n'arrange rien à notre affaire et rend nos besoins définitivement inconsolés/ables (au reste qui aurait un jour le plus petit soucis de consoler des besoins...hein? Y compris et surtout à l'infini. Les syndicats y prétendent, le LKP aussi; mais chacun sait désormais combien c'est loupé! Chez les amis Grecs aussi!).
Bref, c''est souvent dans la profondeur que nous viennent des pensées merdiques et c'est tout autant dans la merde d'un jour que s'imposent des pensées soudainement profondes au point qu'il en survienne des moments d'errances erratiques...
Vous imaginez bien l'ambiance, et par le décalage horaire obligatoire, les suites: avec tout ça, nous serons bientôt Lundi, si ce n'est déjà fait..."A midi c'est le soleil qui ment et le gouvernement qui a raison"!
Bon, faudrait pas que je m'égare; je risquerai de perdre alors mon sujet et votre attention...ainsi que mon sang froid, s'il en subsiste encore un peu à ce moment qui n'a pourtant pas encore atteint son objet...
Il est des jours comme celui-ci, Julien Coupat est toujours au placard, Yvan Colonna se tord de rire à la Santé, Isa et les autres se réjouissent de ce que de temps à autres nous pensions un peu à eux, des comités de soutien organisent des concerts de soutien aux comités de soutien qui se tirent sitôt les fouilles pleines (hein...vous vous reconnaissez certains des "j'tarnac,"?) on matraque par ici, on expulse par là, on fait la chasse aux "sans pap'." dans les ruelles, les gares et les ateliers,aux portes des crèches et des maternelles, dans les écoles, les hôpitaux, les hôtels un peu borgnes, chez les marchands de sommeil...
D'autres crèvent la dalle sur le parvis des églises fort maries de l'aubaine "it" ou bien se planquent dans des squatt' plus ou moins péraves plus ou moins militants et "droits de l'hommistes" noyautés cyniquement par les cathos et autres racketteurs politicards, et on se dit que c'est vraiment bordel chiant d'être ce que l'on est, de voir que, en dépit de tout, tout continue...qu'il suffirait de rallier le NPA. comme nous l'assurent quelques oblitérés...

Tout ce qui subsiste d'à peu près humain dans ce monde fait l'objet partout d'une ratonnade permanente techniquement équipée et sans merci...Le pied, quoi!

Alors un sentiment de honte -(forcément concomitant à celui d'être objet)- nous submerge, s'impose jusqu'au rectum du cervelet (c'est vous dire si c'est profond, mine de rien et sans ascenseur! Sans Appel aussi et sans cassation!)...

Heureusement nous avons tout de même en racolage économique l'ouverture des musées entre midi et deux pour les moins de six ans, les caves autrichiennes, les poupées russes,les nurse de la marmaille à Obama, le salon du livre, bientôt celui de la philosophie et de Science-po. et bientôt Bagdad! Vous avez déjà vu Bagdad...?
Ce qui n'est pas mince dans une époque aussi remarquée et signi-fiente que la nôtre!
N'importe qui, mal logé, mal nourri, mal soigné dans ses maladies en tire d'ailleurs un de ces brins d'orgueil partagé donnant enfin du sens aux principes des sages qui nous gouvernent.(Accessoirement les plus illuminés seront autorisés à conserver un poster du Ché avec son cigare dans les chiottes de la pensée préfabriquée, ainsi qu'un tract du CNRS ou de EHESS dans le plus extrême des cas...) .
Merde...c'est Lundi...

Repères : temps-morts

Partager


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article