JOSEPH GABEL: De la fausse conscience.

Publié le par ...




Il a été assez fréquent que nous citions ici dans moult textes Joseph Gabel, rapport aux principes de "réification, de double pensée et de fausse conscience" comme le firent également bon nombre de libertaires et autres compagnons de résistance à l'ordre établi et aux phénomènes de la "double pensée", les situationnistes en particulier, plus Marxiens que "marxistes").

Avec beaucoup d'amusements, il nous a été loisible de démontrer que cette œuvre excellente ne saurait être en aucune façon apparentée (par homonymie abusive) à Goeboels, Sinistre des sinistères de la culture de DodolfFaut quand même pas dec, les meufs et les mecs!Bordel!!

Comme il se trouve fortuitement que de nombreux "libertaires" moins avertis mais néanmoins curieux et francs nous aient fait part de l'ignorance dans laquelle ils/elles se trouvaient des thèses si fréquemment mises en exergue, nous nous sommes battuEs avec la dernière ardeur et au premier clic gueu-gueule nous avons trouvé, chez Wiki, cela, ce qui pourrait donner lieu à un minimum de volonté destiné à satisfaire une non moins élémentaire curiosité.
Dont acte.

Bonne lecture et bonnes recherches chez vos libraires préférés.
On vous embrasse les potos...
Steph.

Joseph Gabel
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, Rechercher
Pour les articles homonymes, voir Gabel. Page d'aide sur l'homonymie

Cet article est une ébauche concernant la sociologie.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Joseph Gabel (Hongrie, 1912-2004) était un sociologue et un philosophe français d'origine hongroise (il devient citoyen français en 1950). Penseur engagé, il est resté toute sa vie fidèle au marxisme en étant toutefois hostile au stalinisme et à la pensée de Louis Althusser.

Il fit d'abord des études de psychopathologie dans la tradition initiée par son maître Eugène Minkowski [1]. Il se tourne ensuite vers la sociologie et il enseignera à l’université Mohammed-V de Rabat de 1965 à 1971, puis à l’université d’Amiens de 1971 à 1980.

En 1962, il se fait connaître avec la publication de son ouvrage principal La Fausse Conscience : essai sur la réification (Paris, Éditions de Minuit). Il tente une d'intégrer la pensée marxiste, en particulier le concept de « fausse conscience » et de « réification » — développés notamment par Karl Mannheim et Georg Lukacs — à une analyse psychopathologie des états schizophréniques[2]. Gabel poursuit ce type d'analyse dans des ouvrages ultérieurs comme Sociologie de l’aliénation (Paris, PUF, 1971), Idéologies (2 tomes, Anthropos, 1974 et 1978) et L’Aliénation aujourd’hui (Paris, Anthropos, 1974). Parallèlement, Gabel est l'auteur de quelques articles dans l'Encyclopedia Universalis et il est l'un des seuls spécialistes français de la pensée de Karl Mannheim. Il collaborait également à la revue L'Homme et la Société.


Bien cordialement.

Steph.
...

Repères : &, apodictiques, territoires, zymotechniques

Partager

Commenter cet article