Prisons, chronique d'une valse inique: tandis que J-M. Rouillan rentre....

Publié le par ...

(Sources: Betapol)

En prison, destins croisés : Rouillan retrouve sa cellule, Marchiani la quitte. Normal…


Il fut un temps où l’arbitraire royal organisait les mouvements de prisonnier, punissant les esprits libres d’avoir osé une critique et ne les libérant que selon son bon vouloir. Terminée, l’époque des lettres de cachet ? Pas pour Jean-Charles Marchiani et Jean-Marc Rouillan… La chance de l’un et le malheur de l’autre disent beaucoup sur un régime qui ne se soucie même plus de sauvegarder les apparences.

Il est des petites lâchetés qui disent beaucoup.

Et davantage sur ceux qui les commettent que sur ceux qui les subissent.

Ainsi du Point, hebdomadaire de la sarkozye bêlante, plume de fiel du régime, bourreau médiatique chargé d’en effectuer les célébrations et exécutions, news-magazine sans conscience - hormis celle de savoir qui il sert -, ainsi du Point, disais-je, qui établit chaque semaine un baromètre politique, façon de distribuer en quelques lignes bons et mauvais points.

Et qui a, en celui de cette semaine, classé Jean-Marc Rouillan dans la catégorie « En panne ».

Avec ce petit texte d’accompagnement : « La cour d’appel de Paris a refusé de rendre sa semi-liberté au cofondateur du groupe armé d’extrême gauche Action directe. Ce régime lui avait été retiré en octobre à la suite d’une interview accordée à L’Express. »

Rédactionnel sans aucun intérêt, si ce n’est celui de justifier le qualificatif donné en titre.

Petite ignominie en forme de foutage de gueule d’un homme retrouvant un cachot qu’il venait juste de quitter.

Qui va y rester prostré encore un bon moment, histoire de bien comprendre ce qu’on attend de lui, silence et repentir.

Et qui n’a d’autre espoir que celui de croupir et pourrir.

Oui : en panne…

Nul doute qu’à ce petit jeu baromètrique, Jean-Charles Marchiani devrait être crédité d’un petit panonceau « En hausse ».

Ancien préfet du Var qu’on annonce un parmi les quarante graciés présidentiels.

Petit cénacle de libérés pour bonne conduite destinés à faire bien pour la galerie.

Et dont peu importe qu’il s’agisse réellement de « détenus hors du commun » ayant fait preuve « d’un courage ou d’une solidarité exemplaire », telle que définie la grâce présidentielle dans le courrier envoyé par Nicolas Sarkozy à Rachida Dati.

Sauf à considérer que Jean-Charles Marchiani, condamné pour recel d’abus de biens sociaux et trafic d’influence (ce qui lui a permis d’amasser la coquette somme de 3 millions d’euros, quand même…), par ailleurs inculpé dans le procès de l’Angolagate (juste un petit trafic d’armes, hein…), s’est montré solidaire envers ceux qu’il n’a pas balancé.

Lui qui, à défaut d’être un détenu « hors du commun », bénéficie en taule d’un régime exceptionnel.

Celui du quartier des VIP de la Santé, lieu très couru où firent escale Maurice Papon, Alfred Sirven, Jean-Christophe Mitterrand, Jacques Crozemarie, Pierre Botton, Olivier Spithakis ou encore Michel Roussin.

Hôte choyé et pensionnaire d’élite dans un cadre carcéral privilégié.

Décrit en partie dans un article du Point - oui : encore lui… - en date de janvier 2007 et faisant mention de petits goûters organisés par les détenus, d’ordinateur en libre accès, de cantinage de grande classe, de cellules individuelles, de petites attentions d’un personnel respectueux et de grands égards d’une direction soucieuse de se montrer douce et affable… bref, de tout un luxe à même de faire rêver le premier détenu de droit commun venu.

« Quel contraste entre l’univers calme et aseptisé de Maurice Papon et les cellules crasseuses et surpeuplées des bâtiments plus anciens, comme le bloc D ! D’un côté, des cellules individuelles d’environ 14 mètres carrés et des douches impeccables accessibles quotidiennement. De l’autre, des cellules d’une même superficie abandonnées aux courants d’air et où s’entassent souvent trois détenus. Les murs sont si écaillés qu’on n’en distingue plus la couleur. Les douches (quatre pour cinquante détenus) et les sanitaires manquent aux normes d’hygiène. Les pannes d’électricité sont monnaie courante. ’A côté des VIP, le bloc D, c’est le Moyen Age’, s’emporte un surveillant membre de l’Ufap, syndicat majoritaire. »

Sans déconner…

Au petit jeu des lettres de cachot, il n’est guère plus révélateur que ces destins croisés de prisonniers.

Jean-Charles Marchiani qui quitte le petit univers des VIP carcéraux malgré quelques millions prélevés à la collectivité.

Et Jean-Marc Rouillan qui retrouve sa cellule pour quelques paroles jugées malvenues.

Parfait symbole de la morale à géométrie variable d’un régime autocratique.

Qui punit les faibles de leur intégrité et récompense les puissants d’être des truands.

Quoi de plus normal ?

Un article issu de : En prison, destins croisés : Rouillan retrouve sa cellule, Marchiani la quitte. Normal…

À voir en ligne ici : http://www.article11.info/spip/spip.php?article230

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luc N. 17/12/2008 12:06

tout çà a comme un air de revival, de l'époque des attentats-bidon contre de Gaulle... On ne dira jamais assez à quel point, ce qui sans rire se présente sous le signe de la "rupture", n'est que la résurgence du passé le plus rance.

les bâtisseurs d'abîmes 16/12/2008 16:03

Oui l'ami; mais "lanterne rouge si on suppose dans la lignée des bordel et autres foutoir à thons, car pour ce qui est des lumière, là c'est certain: y a pas de quoi jubiler, rouge ou pas... Ahn ça ira, ça ira!!! A ce que nous sachions par ailleurs, ceux de Tarnac sont maintenant soupçonnéEs d'avoir fait neiger sur les Alpes...Tiens, tant que nous y sommes, dans la foulée du ridicule qui jamais ne tue ses défenseurs: Ce matin alerte au Pritemps haussman...Un colis piegé composé alternativement de 5 pains de plastic, ou, selon de vieux batons de dynamite...Nuance. Dans tous lels cas, aucun détonateur ni autre procédé de mise à feu...Bon, soit...La ministre de l'Intérieur, ex- ministre de la défonce déclare: -"Malgré tout, ce colis était bel et bien destiné à exploser!"...Par l'intervention supra divine des frères bodanoffsans doute???La compétence ça se mérite....lanterne rouge: il y a de quoi!

Luc N. 16/12/2008 11:07

et pendant ce temps les épouchiracs, mon-dieu-quelle-horreur, continuent de se dandiner en liberté... La France est bien, comme le rappelle si besoin est le bon petit livre "L'insurrection qui vient", la lanterne rouge du monde occidental.