En juin dernier, la chancellerie lançait uen grande offensive contre l'ultra-gauche...nous y avions répondu...

Publié le par ...

Les amis du négatif sur Betablog | 30 juin 2008 | ShareThis | 0 commentaires

la chancellerie contre les anarchistes considérés comme "terroristes" !

 

 

Dimanche 29 juin 2008 La chancellerie contre les anarchistes considérés comme "terroristes" !

"Grosse ficelle, La passe à deux sous, Libertaires si vous saviez" Réponse à l’Info sur la note de la chancellerie contre les anarchistes considérés comme "terroristes" !

« « Où l’on voit que l’Etat sécuritaire en voie de "totalitarisation moderne" nous la rejoue sur le modèle ancien du type : "Remets tes fesses sur la commode" de la manière à la fois la plus grossière mais aussi la plus facile et que cela tient à la place qualitative que la critique révolutionnaire n’a pas encore réussi à lui opposer à force de n’avoir pas su appliquer à la critique le l’Etat la méthode dialectique qui visait à en finir avec la religion. Réalisation et suppression de la religion.

Le mouvement libertaire, anarchiste ou autonome ainsi a t’il voulu réaliser "l’ouvrièrisme" sans le supprimer en "opposition apparente" aux réformistes qui quant à eux entendaient le supprimer sans le réaliser.

Et inversement selon les instances du moment.

En ceci la faiblesse du mouvement révolutionnaire réside t-elle dans son caractère dissolu oscillatoire faisant de toutes ses tendances les victimes consensuelles du même spectacle contradictoire mais complémentaire.

Au travers de ce scindement qui voit d’un côté émerger "une gauche à la radicalité officielle" et stagner de l’autre un mouvement qui n’a pas encore su dépasser les clivages autour de l’économie-travail et du "romantisme de l’anti-travail" qui lui correspondent, lequel ne se borne guère qu’à raisonner sur la gestion de la distribution de son produit supposé sans jamais s’attaquer au postulat même qui le fonde.se visibilise l’incapacité des révolutionnaires à faire de la contradiction une des armes tranchantes et redoutables aiguisant la critique qui va au delà du parcellaire, contenant aussi la critique de ses armes même.

Cette faiblesse étendue à toutes les formes de sa pensée "classique" et réifiée permet à l’Etat toutes les manipulations imaginables avec la complicité objective de toutes les strates de la "fausse contestation réformiste".

Ainsi les anars, autonomes, libertaires ne seraient-ils plus (dans et par le spectacle) que des "fout-la-merde, des incultes irresponsables, des "casseurs" (Voyez le sémantique glissement soyeux de l’intox), DES TERRORISTES" !

C’est facile, la ficelle est grosse et ça passe : du PC au PS, des "alters" à la LCR au nouvau "parti Anti-Capitaliste", ce néo conglomérat hétérodoxe de toutes les confusions politiques à géométries variables, conduit par le sémillant Olivier Besançenot.

Il arrive même que cette "extrème gauche" ainsi stigmatisée se prenne au jeu et finisse par se croire révolutionnaire à partir des confusions où elle s’établit et d’où elle se contemple, telle une oeuvre achevée .

Le raisonnement est donc simplissime : "Si nous sommes plus pourchassés que les autres, c’est que nous sommes plus dangereux que ces autres là...." : Fatale error !

C’est bien pour éviter que ce mouvement ne se découvre à lui même dans toute la dimension de son potentiel critique et révolutionnaire qu’il est persécuté ; C’est bien pour qu’il reste ce qu’il est ( encore si peu) et non "pour ce qu’il serait déjà" ou encore pour ce qu’il pourrait devenir !

Les autres forces réformistes, dites d’opposition, n’étant jamais que seulement "concurrentes" des forces en place et sur le même terrain ne représentent donc quant à elles aucune espèce de danger pour ce vieux monde puisqu’elles en constituent à la fois la garantie et la continuité masquée de tout ce qui est !

Le dernier assaut significatif de la pensée critique et révolutionnaire héritée du vieux mouvement libertaire, anarchiste et artistique des XVIII, XIX et XXeme siècle a été celui opéré centralement à la fin des années 50 et 60 en conclusions de toutes les formes modernes de la contestation libertaire antérieures par les Situationnistes dont la plus grande part des théories demeure à ce jour (c’est précisément aussi ce qui leur nuit) incritiquées, non dépassées en dépit de moult tentatives qui fûrent avancées dans le cours des années qui en suivirent la dissolution.

Mais l’étonnement réside en ceci que même les évènements qui se succédèrent ne parvinrent à infirmer sinon les thèses de l’I.S, cette démarche critique et théorique qui en constitua l’axe essentiel et complexe.

Si la praxis des situationnistes a su éviter les écueils des persécutions policières grossières, comme il s’en voit ici au travers de la stigmatisation des anarchistes, autonomes et autres libertaires et conséquemment des pratiques et formes de résistances nouvelles, tout en s’avérant terriblement dangereuse pour l’ordre existant et ce qui lui tient lieu de pensée, c’est justement parcequ’elle su alors s’attaquer à cette pensée et ses composantes complémentaires issues de toutes les formes de réification de la pensée révolutionnaire en gestation ou qui tout simplement encore se cherche.

En dépit de grands efforts, c’est avec beaucoup de difficultés que la pensée des situationnistes échappera au petit monde des phagociteurs qui déployèrent tant d’adresse à élever des "écoles", des "chapelles" où ils pouvaient laisser s’épanouir leurs redoutables talents de récupérateurs.

Cette époque a su neutraliser une large part de l’action entreprise en se réclamant le plus souvent d’elle.

De l’art et de la manière de mentir et tuer.

C’est tout ce à quoi les anars/les autonomes/les libertaires n’ont encore oser attaquer de crainte d’être confondus avec ces "pro-situs", alors qu’ils n’encouraient guère que le risque de devenir révolutionnaires, de contribuer au bouleversement d’un monde, rien moins.

Mais chacun se complait dans un rôle assigné par le spectacle et participe ainsi à l’aliénation de tout et de tous dans un monde où la posture tient lieu à la fois de forme et de contenu !

 » Stephane. Kerfanto »

Pour LES AMIS DU NEGATIF Groupe les amis du negatif , le 29/06/2008. http://nosotros.incontrolados.over-blog.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article