SAINT OBAMA EN CHIFFRES

Publié le par ...

C'est hallucinant le nombre de conneries qu'on peut lire sur Saint Obama, sauveur du pauvre, de la vulve et de l'orphelin ! Alors, quelques infos sur le personnage, pour refroidir un peu l'ardeur de tout ce petit monde persuadé de la bonté d'âme du personnage... :

- la campagne US bat un nouveau reccord financier avec 660 millions de dollars uniquement pour le candidat Obama (soit plusde 2 fois le précédent reccord !)

- les entreprises de wall street ont investit dans la campagne présidentielle US : 45 % des fonds ont été à Mc Cain, les 55 % restant à Obama

- les sponsors d'Obama s'appelent : Warren Buffet (mr je parie sur la débacle pour m'en foutre plein les poches), Bill Gates (ex microsoft, l'homme le plus riche de la terre), Felix Rohatyn (fondateur et dirigeant de Rohatyn Group, spécialiste des Hedge Funds), George Soros (président de Soros Fund Management et de l'Open Society Institute et accessoirement créateur des Hedge Funds), Robert Wolf (patron d’UBS Americas, banque d'affaire US), Richard Fuld, le « Gorille » déchu (ainsi était surnommé le patron de Lehman), qui a encaissé un bonus de 22 millions de dollars six mois avant la faillite de sa banque, Bear Stearns, de Lehman Brothers ou l’assureur AIG, Eric Schmidt (pdg de Google), Leo Corbett, membre du directoire d'EMI Music, et Orin Kindler, DG de Pfizer (entreprise pharmaceutique). Le financement par ces sympathiques personnages représente 52 % du montant de la campagne d'Obama (si tant est que tout soit clair...). De plus, malgré ses dénégations, Obama fait équipe avec certains lobbyistes. Selon une enquête récente de USA Today, 38 de ses leveurs de fonds travaillent parallèlement pour des sociétés de lobbying ou des avocats, qui relaient des intérêts particuliers, du fabricant d’armes Lockheed-Martin aux géants Microsoft, Cisco ou Pfizer. Le magazine The Hill, lui, a déniché trois lobbyistes recrutés dans le staff de campagne présidentielle du sénateur démocrate ! Ils oeuvrent « à la ville » pour des dizaines de sociétés dont le groupe de distribution Wal-Mart, Lockheed Martin, le pétrolier British Petroleum ou l’Association nationale des mutuelles d’assurances.

Mais ça mis à part, promis, il a changé (sur l'air du nabot parisien)...

Ben tiens, on va y croire !



- et pour finir dans quelques joyeusetées, jetons un coup d'oeil sur les décisions du sénateur Obama avant son election au poste de nouveau sauveur du monde autrement appelé Jésus : en 2004, le sénateur de l’Illinois a rédigé plusieurs amendements à un texte sur la couverture-maladie en cours de discussion au niveau de son État. Ces ajouts avantageaient clairement les sociétés d’assurances qui avaient plaidé leur cause auprès du sénateur. Pendant le débat public sur ce projet de loi, le 19 mai 2004, Obama s’est lui-même présenté comme une personnalité « conciliante », reconnaissant avoir « travaillé diligemment » avec le secteur de l’assurance, qui avait « légitimement » mis en avant ses inquiétudes sur les conséquences du texte. Obama a accepté des soutiens financiers des compagnies d’assurances pour sa campagne sénatoriale de 2004. Sa campagne sénatoriale de 2004 fut financée par, entre autres, Exelon, le plus grand opérateur de centrales nucléaires du pays

Et tous ces crétins sont persuadés que, parce qu'il est noir, il va changer le monde !!!

Au passage, la collaboration de Pfizer éclaire d'un nouveau jour une des mesures du programme d'Obama, celle qui concerne le droit à l'avortement. En effet, il convient de savoir que Pfizer est le dépositaire de la fameuse pillule abortive RU486, ainsi que du Viagra...

Commenter cet article