SECURITÉ OBLIGE

Publié le

"C’est au moins le quatrième projet de loi, depuis le 11-Septembre, qui prévoit de renforcer les moyens de lutte contre le terrorisme. Les gouvernements se servent du terrorisme pour justifier de nouvelles mesures sécuritaires. Mais ce qui est derrière est grave : on renverse la charge de la preuve en considérant que chaque citoyen est un suspect potentiel." [Jean-Michel Manach, Big Brother Awards]


Voilà Paris croulant sous les caméras ! 1000 nouvelles vont être installées dans les rues de la capitale, transformant les petites rues sombres en annexe de la star acamerdique.

Mais youpi, le quidam est heureux ! Qu'on en juge d'après ces commentaires glanés çà et là sur internet :

« ...Je trouve que 1000 cameras c'est bien peu...En tout cas cela ne me derange pas d'etre filme. »

« C'est très bien des caméras.
D'ailleurs à Londres, ça leur a bien servi pour identifier les auteurs des voitures piégées.
 »

« ...1000 ne suffiront pas... »

Le summum de la connerie étant atteint sur ce dernier commentaire : « les délits contre les personnes ( la vrais insécurité pour moi) augmente. c'est les délits financiers en forte baisse qui ont un impact sur la moyenne totale. » Est-ce vraiment commentable au vu de ce qui se passe en ce moment ?

Au delà de l'inefficacité flagrante de tout système de vidéo-surveillance, comme l'ont si bien prouvé nos voisins anglais, la mise en place de ce système est une nouvelle attaque directe à la liberté de chacun d'entre nous...

Et vous espériez échapper à la surveillance ? Officiellement, dirons certains, il n'y a que 300 caméras dans Paris ! Mais avez-vous déjà vu Big-Menteur vous dire la vérité ? En effet, en vous promenant dans les rues parisiennes ou dans les édifices publics, c'est près de 20 000 caméras que vous pourrez compter (18 493 recensées en 2004 selon la ligue des droits de l'homme) ! Dont 6500 rien que dans le réseau de la RATP !

Et pour quelle efficacité ! Prenons l'exemple anglais, puisqu'il est une référence pour Sarkozy...

Eric Heilmann, Maître de conférence à l’université Louis-Pasteur de Strasbourg, a analysé l'efficacité de ce système, et le discours sécuritaire de Sarkozy qui va avec...

« Je suis étonné qu’il soit aussi peu informé des travaux des chercheurs britanniques qui étudient depuis quinze ans l’efficacité de la vidéosurveillance dans leur pays. Ils concluent tous que les caméras ont apporté rarement la preuve de leur efficacité dans la prévention de la délinquance. Quant à la résolution d’enquêtes, la vidéosurveillance peut accélérer l’obtention de résultats à condition d’être précédée d’un travail de renseignements. Les caméras ne servent à rien si l’on ne sait pas ce que l’on cherche. Prenez les attentats de Londres, en juillet 2005, c’est parce que la police britannique avait été informée de l’identité potentielle des supects qu’elle a pu ensuite les reconnaître sur des images. Cela a été possible parce que des centaines d’enquêteurs ont été mobilisés pour visionner 15 000 vidéos. Penser que l’on pourrait mobiliser de telles ressources humaines pour des actes criminels de moindre ampleur serait se moquer du monde. »

Quand aux réactions des population et à l'acceptation moutonnante d'un espionnage permanent, le même Eric Heilmann dit :

« On assiste à une banalisation à l’égard de cette quincaillerie sécuritaire (caméras, badges.) qui connaît un développement incroyable sans que cela suscite de réactions d’ampleur dans l’opinion publique. J’y vois deux raisons majeures : premièrement, il y a une sorte d’enchantement technologique qui peut donner l’illusion que les machines font mieux que l’homme. Deuxièmement, il y a l’émergence d’une autre conception de la vie privée, liée au développement de la téléréalité. Ces émissions, où les gens se font filmer sous toutes les coutures, développent une esthétique sécuritaire. Ça ne choque plus grand monde de se livrer au regard des autres. Les frontières entre espaces public et privé ne sont plus les mêmes qu’il y a trente ans quand la loi informatique et liberté a été adoptée. A l’époque, on redoutait « Big Brother » . Aujourd’hui avec le développement des réseaux informatiques, des caméras sur Internet, chacun peut se livrer, se dévoiler. »

Le populisme compassionnel sert, une nouvelle fois de levier à une nouvelle atteinte à nos libertés ! L'efficacité étant nulle, ou quasiment, ces caméras n'ont d'autre but que de « rassurer » l'électorat en entretenant artificiellement une peur et en apportant, dans un même temps, une réponse castratrice et liberticide à cette terreur si savamment instaurée ! N'est-ce pas là le sens initial du terme « terrorisme » ? Qu'on se rapporte, pour comprendre mieux mes dire à la définition initiale du terrorisme, celle donnée durant le règne de la terreur de Robespierre !

Sans compter que ce quadrillage « merdiatique » permet un contrôle accru de la population... Sans efficacité aucune, encore une fois et on l'a vu dans les termes de Eric Heilmann, sur la « petite délinquance », celle dont on se sert pour justifier de telles décision !

Orwell ne décrivait rien d'autre dans son roman pourtant cité à tout bout de champs comme le summum de l'inhumanité, comme l'exemple même d'une dictature.

Le plus comique, finalement, dans cette histoire, c'est que ce système, totalement inéfficace, hormis pour espionner et contrôler encore plus les agissements des parisiens, leur coutera tout de même près de 85 millions d'euros ! Remarquez, on a vu récemment que le fait de voler de l'argent aux pauvres pour le donner aux riches était, dans notre monde, normal pour l'ensemble de la population ! Alors accepter d'être fliqué constamment...

Et si on organisait un Neurothon, histoire de donner à beaucoup la possibilité de réfléchir ?

Commenter cet article