ALLONS ENFANTS, DE LA RÉPARTIE !

Publié le

Les analyses diverses et variées sur les sifflets anti-marseillants prennent le pas sur l'analyse pourtant nécessaire de la crise économique et de ses conséquences sur nos vies. Est-ce vraiment étonnant, pourrions-nous honnêtement paraître encore une fois surpris face à ce camouflage médiatique flagrant ?

Ce qu'il y a d'ailleurs d'assez comique dans ces gesticulations et ce rabâchage c'est qu'encore une fois, on cache, on fait oublier ce qui, au début du moins, n'était aussi qu'un camouflage tentant de cacher l'infamie des décisions gouvernementales...

C'est l'arbre qui cache l'arbre qui cache l'arbre qui cache le fait que la forêt a été rasée !

Et pourtant, ces informations sont bel- et-bien imbriquées les unes dans les autres, indissociables ! Et leur analyse éclaire un avenir bien sombre ! Reste juste à savoir pour qui...

Qu'on me comprenne, qui pourrait, aujourd'hui, contester le fait que ce qui vient  de se passer et se passe encore en bourse n'entrainera pas une récession (l'affreux mot tant décrié), accompagnée de ses acolytes que sont le chômage et la baisse importante du pouvoir d'achat ? (Retour du mou -civet sans os-  et des boites-à-pépés sur les étals des boucheries).
Et qui pourrait contester que les principaux touchés par cette récession ne sont autres que ceux qui, déjà, vivent la misère  des acquis-show-show et le rejet, la marginalisation et l'immense paupériation ?

Et où se situe donc principalement cette misère ? DANS LES BANLIEUES !!! Dans l'ensemble des "zones sub-urbaines", rurales, périphériques à tout !!!

Les banlieues, et autres, constituant ces ghettos créés pour parquer les indésirables, les travailleurs d'abord, puis les immigrés, ceux qui « font tâches »... La misère, le chômage et l'exclusion y sont déjà fortement présents, créant, mais comment ne pas le comprendre, un climat de haine encouragé par des déclarations « populistes » voire « xénophobes » de nos politiques au pouvoir pendant des années pour caresser un certain électorat au mépris du danger qu'ils créaient eux-même pour leur si chère société...vers une société si chère!

Beaucoup ont oublié « le bruit et l'odeur », un peu moins, parce que plus récent, sont ceux qui ne se souviennent plus de la « karcherisation des banlieues »... Ou comment balancer de l'huile sur le feu pour séduire le fn et ses séides...

Je propose d'ailleurs un Prix Nobel de la Connerie à la droite-gauche française !
Quoi mieux qu'un Nobel pour récompenser le fait d'avoir tant œuvré à la fabrication d'une dynamite sociale en forme d'extincteur inversé ?

Le problème, c'est qu'en présence de feu, la dynamite a une fâcheuse tendance à exploser ! Licensions les pompiers!

Résumons donc l'image que toute cette situation peut avoir dans une cité et ailleurs : la pauvreté et l'exclusion sont parqués dans des lieux bien précis, créant un réservoir de colère et de désespoir mais instrumentalisés ; ces lieux, ou plutôt leurs habitants sont, injustement, mais ce point de vue n'engage que moi, décriés, fustigés, pointés du doigt (et je n'apporterai aucune considération de ce qu'il aurait été nécessaire de faire, me contentant des faits) ; la misère et l'exclusion sont grandement amplifiées par les actions (c'est le cas de le dire) de ceux qui ont ghettoïsé ces populations ; ceux qui, pour obtenir le pouvoir, ont stigmatisé ces populations lâchent des sommes incompréhensibles pour  l'ensemble de ces populations aux créateurs de misère en continuant à insulter les pauvres et à les ponctionner de plus en plus...

Si on ajoute à ça la passivité et l'acceptation de tous face à ce qui, pourtant, aurait dû créer une colère et de nombreuses réactions, nul besoin de secouer pour que le cocktail soit digne d'un chercheur tel Alfred Nobel, non ?

Et pourtant, le gouvernement a choisit de secouer !

Vous souvenez-vous de novembre 2006 ? L'enflammement des banlieues de ce mois de novembre n'est rien comparé à ce qui se prépare ! Tout a été fait pour attiser d'une façon extraordinaire la colère déjà tant justifiée des habitants de ces banlieues, mais comme en différé, en transposé.Le populisme s'impose à ceux qui trinquent  !
Et le silence ovin qui suit la crise de la part du reste de la France et d'ailleurs aussi, ne lésinons pas! ne peut que laisser à penser à ces "poors-lands" qu'elles sont ou seront seules à subir les conséquences de cette crise !

Nous avons donc déjà relié « la crise » et « la colère des jeunes », ou plutôt le « sifflage de marseillaise »... Nous allons donc maintenant intégrer à notre petite tambouille médiatique le troisième point : les lois Sarkozy !

Ah, les lois Sarkozy... Comment ne pas les voir sous un jour nouveau aujourd'hui que, comme nous l'avons vu, nous sommes au bord d'un soulèvement des banlieues ?

Répression accrue ; fichage des populations et des jeunes en y intégrant, entre autres, l'origine ethnique ; renforcement des sanctions envers les jeunes, et notamment les moins de 16 ans ; renforcement des moyens « techniques » de la police nationale ET MUNICIPALE en matière de répression ; espionnage systématique grâce au développement des moyens de surveillance...ADN, Bio-métrie, Puces et autres tiques électroniques...

Le plus fort étant quand même d'avoir déjà prévu officiellement l'intervention militaire dans les banlieues (c'est en toutes lettres dans le livre blanc de la défense...) !

Même Franco n'aurait jamais osé aller jusque-là, aussi directement,  avant son coup d'état !!! En tous cas, on peut dire que le gouvernement dispose de tous les éléments nécessaires pour appliquer une répression féroce à tout soulèvement  insurectionnel !

Mais sans doute n'est-ce qu'un hasard ?

Nos éléments sont donc liés, la mayonnaise a pris, il ne reste qu'à attendre d'en souper...

Vous reprendrez bien un peu de fascisme ?

Repères : banlieues, crise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article